À LA UNE !

A lire

JOURNAL PAROISSIAL

Eglise à Suresnes n° 157

(du 10 au 30/09/2017)

*  *  *  *  *  * 
Obsèques
25/09 à NDP à 15h : Yvonne GRAILLAT
Venez entourer la famille 
 
Vont devenir enfants de Dieu par le baptême 
Lucie Escudeiro, Richard Pouliot, Claire Chaillet, Gabriel Noyère, Eléonore Ferrant, Manon Sautel, Romane Coullon
Vont se marier devant Dieu
Fabrice Anoh et Sonia Lacour
*  *  *  *  *  * 

ETAPES VIE CHRÉTIENNE
ESPACE JEUNES ET ENFANTS
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Réservé-rédacteurs

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe


  Nombre de membres 135 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.eglise-suresnes.org/data/fr-articles.xml

Recevoir le Sacrement des malades

    Ce sacrement (un signe efficace que Dieu nous donne pour nous dire et nous donner son amour, sa présence et sa force) était plus connu par les plus anciens d’entre nous sous le nom d’« extrême onction ». Autrefois, on attendait souvent le dernier moment, le dernier souffle avant qu’une personne meure pour le célébrer. Dans l’Eglise, il s’appelle désormais « Sacrement des malades » ou « Onction des malades ».
   
Pour qui est-il prévu ? Avant une opération chirurgicale importante, ou au sein de la maladie longue et pénible, même s’il y a bon espoir que la médecine le guérisse, ou dans le grand âge qui entraîne la perte d’un certain nombre de facultés notamment physiques où les forces et l’autonomie diminuent, le malade qui est aussi un croyant demande à vivre cette période dans la foi et l’aide du Seigneur. Ce n’est donc pas une question d’âge. Sans opérer forcément une guérison physique,
ce sacrement exprime surtout la présence de Dieu auprès des malades pour qu’Il leur donne sa paix et son réconfort.

    Ce sacrement peut être reçu plusieurs fois par la même personne : avant chaque opération importante ou à chaque maladie importante différente, ou tous les trois ans dans le grand âge.

    C’est un signe vécu dès le temps des Apôtres : « Si l’un d’entre vous est dans la souffrance, qu’il prie. Si quelqu’un est dans la joie, qu’il chante le Seigneur. Si l’un de vous est malade, qu’il appelle ceux qui exercent dans l’Eglise la fonction d’Anciens [= Prêtres] : ils prieront sur lui après lui avoir fait une onction d’huile au nom du Seigneur. Cette prière inspirée par la foi sauvera le malade : le Seigneur le relèvera et, s’il a commis des péchés, il recevra le pardon. Reconnaissez vos péchés les uns devant les autres, et priez les uns pour les autres afin d’être guéris, car la supplication du juste agit avec beaucoup de puissance. » (Lettre de St Jacques 5, 13-16)

    Le prêtre commence par imposer les mains au malade, puis fait une onction sur son front et dans ses mains avec l’huile sainte bénie par l’Evêque au cours de la Messe chrismale. L’onction est accompagnée des paroles suivantes : « Par cette onction sainte, que le Seigneur, en sa grande bonté vous réconforte par la grâce de l’Esprit Saint. Ainsi, vous ayant libéré de tous péchés, qu’il vous sauve et vous relève. »

    Il est souvent célébré dans une chambre d’hôpital, une maison de retraite ou à domicile. Il est parfois vécu au cours d'une messe dominicale, pour que la communauté chrétienne entoure le malade de sa prière et de son affection.
 
 
 
Homélie sur l'onction des malades (31/01/2010)
 
     Si vous souhaitez recevoir ce sacrement, veuillez contacter le secrétariat paroissial (01 45 06 13 71).

Date de création : 29/04/2008 @ 15:09
Dernière modification : 02/09/2011 @ 19:03
Catégorie : ETAPES VIE CHRÉTIENNE - Sacrement des malades
Page lue 7653 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

INFOS PRATIQUES
GROUPES ET MOUVEMENTS
Calendrier
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...